Comment améliorer la représentation politique et lutter contre les discriminations négatives ?

Il est d’usage de considérer que la force de la démocratie représentative trouve sa pleine expression dans la composition de nos assemblées politiques, laquelle doit être le miroir de la diversité de la société dans toutes ses composantes. Cette volonté rencontre au moins deux obstacles. Le premier est qu’il n’y a pas une manière unique et parfaite de représenter la nation. Si la parité entre les femmes et les hommes intervient comme une exigence pour la qualité de notre démocratie, faut-il étendre ce raisonnement à tous les groupes sociaux discriminés ou aux minorités qui ne se sentent pas représentés, et si oui, selon quelles modalités ? La représentativité du corps social pose problème, tout comme celle du territoire, puisque ses politiques publiques se heurtent continument au problème du mille-feuille territorial qui interroge la péréquation, c’est-à-dire la nécessité de limiter les disparités de ressources entre les collectivités territoriales. Dès lors, comment penser l’unité dans la diversité de façon la plus démocratique qui soit sachant qu’il n’existe pas de représentation idéale et que, pour paraphraser le publiciste Maurice Hauriou « il y a plusieurs manières de faire totalité » ? La deuxième difficulté est de maintenir une assemblée qui soit représentative de la volonté générale et non pas symptomatique d’une pluralité de revendications d’appartenance.

La suite : https://www.whoswho.fr/publication/comment-ameliorer-la-representation-politique-et-lutter-contre-les-discriminations-negatives_8388

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :